La Symphonie des Abysses - Carina Rozenfeld

Publié le par Elo-dit

couv53302905

 

Éditeur : Robert Laffont, Collection R

Date de sortie : 13 février 2014

Pages : 457 pages

Prix : 17.90 €

 

La note de Julia : 8,5/10

 

 

Résumé

 

Un chant de liberté s'élève du fond des abysses, mais comment répondre à son appel quand un mur infranchissable vous en sépare ? L'Anneau, cet immense atoll avec en son centre le Cercle – une étendue d'eau de mer parfaitement circulaire – est cerné par le Mur, une haute barrière d'une trentaine de mètres, électrifiée, infranchissable. Sous son ombre, des hommes et des femmes vivent là, répartis dans des villes et villages si éloignés les uns des autres qu'ils ont oublié leurs existences respectives. Un point commun relie pourtant ces différentes communautés : le Règlement Intérieur et son code ultra restrictif. Trois personnages principaux : Abrielle, Sa et Ca. Trois destins différents qui vont finir par se croiser pour composer la mystérieuse Symphonie des Abysses. Abrielle est une réminiscente. Elle porte en elle des mélodies et des chants dans un village où la musique est strictement prohibée, ou la pratiquer est devenu un crime. Jusqu'au jour où elle entend un chant qui vient des profondeurs de la mer : la Symphonie des Abysses. C'est pour cette raison qu'elle devra tout quitter et laisser derrière elle les seuls repères de son existence... Quant à Sa et Ca, deux Neutres, ni hommes ni femmes, ils s'aiment dans une ville ou les sentiments sont interdits. Deux futurs hommes qui vont devoir fuir leur quotidien afin de devenir les adultes qu'ils veulent être. Tous les trois finiront par se retrouver afin de construire leur identité et changer le destin de l'Anneau, grâce à la Symphonie des Abysses...


 

L’avis de Julia

 

Un livre complètement à part et pourtant fascinant !

 

C'est ce que j'ai ressenti dès le début et c'est ce qui m'a poursuivie jusqu'à la fin.

 

Tout d'abord, merci à la Collection R pour ce super partenariat.

 

Dès le début, ce livre m'a intriguée, il y avait beaucoup de mystères qui planaient autour de lui et j'étais vraiment curieuse de le découvrir.

 

Alors même si ce n'est pas un coup de cœur, pour des raisons que je vais vous expliquer, j'ai néanmoins pris un immense plaisir à lire ce livre qui m'a fascinée, autant que troublée !

 

Alors, c'est parti pour mon avis.

 

Le premier point très particulier à mettre en avant dans La Symphonie des Alysses c'est l'univers. Étant assez riche et complexe, il m'a un peu perdue au début et m'a empêchée de rentrer immédiatement dans le livre. Mais une fois toutes les bases placées, c'est un magnifique univers totalement dystopique qui prend forme sous nos yeux. Nous sommes alors face à ce qui est appelé l’Anneau, un atoll entouré d'un immense mur électrifié qui empêche quiconque de pouvoir sortir. Il est composé de plusieurs villages qui ne connaissent pas l'existence des autres et qui pensent donc être les seuls à y vivre.

Pourquoi je parle de dystopie ? Parce que tout est réuni pour que l'on soit complètement dans le thème. Des habitants qui sont soumis à une vie simple, sans réelle possibilité de s'ouvrir au monde, cloîtrés dans leurs habitudes et obligés de suivre des lois drastiques et parfois même inhumaines, comme l'interdiction de chanter, d’aimer ou de toucher les autres. Nous avons alors l'impression d'être nous-mêmes emprisonnés dans ce carcan, à tel point qu'un vrai sentiment de claustrophobie m'a parfois atteinte ! C'est un monde difficile qui s'ouvre à nous, où la violence contre ceux qui osent braver la loi pour être heureux tout simplement est horriblement difficile à supporter. Les tortures psychologiques et physiques ne sont pas rares et installent alors un réel sentiment d'injustice et même d'impuissance qui font clairement penser que l'univers de La Symphonie des Abysses n'est pas à faire lire à tout le monde. Mais heureusement, tout n'est pas aussi noir dans ce livre, un élément m'a particulièrement marquée et redonne à cet univers un peu d'humanité. C'est la musique. Elle est constamment présente, dans la nature d'abord qui prend vie en une chanson sublime qui nous touche en plein cœur, mais aussi dans les esprits, même si c'est interdit, il est pourtant impossible de vivre sans. Carina Rozenfeld nous expose avec brio les éléments très particuliers d'un univers paradoxalement très difficile et pourtant incroyablement poétique.

 

Le second point très important de ce livre c'est l'histoire, et quelle histoire ! Malgré un début un peu long, on entre très rapidement dedans et on dévore les pages à vitesse grand V. Tout d'abord, il faut le savoir, cette histoire est en deux parties, chacune dans un village différent de l'Anneau. Dans la première partie, qui est un peu longue à démarrer selon moi, nous suivons une jeune fille qui vit dans le village dans lequel chanter est passible d'une peine de mort. Mais voilà, elle est une réminiscente, elle entend la musique de la nature et elle est comme morte lorsqu'elle est privée de la capacité de chanter... Dans la seconde partie, nous suivons deux Neutres, les Neutres sont les adolescents de ce village, on les appelle ainsi parce que le gène du genre féminin/masculin leur a été retiré à l'état embryonnaire, une fois l'âge de 18 ans atteint, ils peuvent alors choisir ce qu'ils souhaitent devenir. Nous suivons alors ces deux jeunes qui vivent dans un village dans lequel il est interdit de s'aimer et de se toucher. Tout au long de l'histoire, nous faisons connaissance avec ces trois personnages qui vivent sur le même atoll, mais qui ne se connaissent pourtant pas, en se demandant s’ils vont se rencontrer à un moment. Si cela vous paraît ennuyeux à première vue, je peux vous assurer que ça ne l'est vraiment pas ! En réalité, suivre la vie de ces trois jeunes est particulièrement intense, ils sont persécutés. On cherche la moindre trace de faux pas, ils sont épiés, jugés et je peux vous dire que traverser ces épreuves en même temps qu'eux est presque épuisant et cela, c'est sans compter les rebondissements et les révélations qui rythment plutôt la seconde partie, mais qui nous laissent totalement essoufflés à la fin. Mais là où Carina Rozenfeld frappe fort, c'est sur les émotions qu'elle nous fait passer grâce à sa plume incroyable et c'est ce qui nous fait oublier les quelques défauts de ce livre. Dans la Symphonie des Abysses, on est rapidement placé dans un état émotionnel très particulier, ne pouvant intervenir face aux injustices que subissent nos héros, on ressent un puissant sentiment d’empathie. Je peux vous dire que l'on est alors très souvent à fleur de peau et que les larmes coulent très facilement !

 

Maintenant passons aux personnages.

 

On commence par Abrielle, la jeune fille qui habite dans le village où chanter est interdit. J'ai immédiatement apprécié Aby, elle m'a émue dès les premières lignes, sa vie est difficile. Elle a perdu son père, a vécu un traumatisme terrible à l'âge de 4 ans et le pire, elle ne peut pas chanter, alors que c'est une partie d'elle-même. Ces difficultés l'ont rendue plus forte et c'est cette force de caractère que j'admire particulièrement.

Ensuite, il y a Sand et Cahill, qui sont les deux Neutres du second village. Je suis tout simplement sous le charme de ces personnages, leur âme est tellement belle que quoiqu'ils soient, on passe au-dessus et on les voit tels qu'ils sont à l'intérieur. Eux non plus n'ont clairement pas une vie facile, ils souffrent de ne pouvoir se toucher et s'aimer comme ils le voudraient, mais leur amour est aussi ce qui va les sauver et les pousser à aller de l'avant.

Et enfin, je terminerais avec Braden, un autre habitant du village d'Abrielle. C'est l'un des personnages les plus mauvais et fourbes que je n'ai jamais vus, pour moi, il est complètement fou. Une folie meurtrière qui fait vraiment peur...

 

Je peux vous garantir qu'avec tous ces éléments, la fin est particulièrement intense et stressante. Les derniers rebondissements nous injectent une dose d'adrénaline incroyable et nous font battre le cœur à une vitesse surhumaine. Mais le pire est sûrement la révélation finale, qui va nous laisser complètement démunis face aux questions qu'elle implique.

 

En bref : un premier tome légèrement long à démarrer, mais qui se reprend très rapidement et nous fait alors passer un moment génial. Vivement la suite !

 

Publié dans Dystopie - SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Il l'est Letizia ;-)
Répondre
L
Ce livre a l'air géniaaaaaaaaaaaaal ♥
Répondre
J
Merci beaucoup Manon S.R pour ce compliment ! Fonce, il est vraiment très bon ;-)
Répondre
M
Je note ce livre même si ce n'est pas mon genre de prédilection, il a l'air génial et ton avis me le confirme !
Répondre
J
Eh bien La tête dans les livres je me suis justement posée la même question ! Je ne l'ai pas lu non plus, pourtant, elle est dans ma PAL...
Répondre