Les Contes d'Amy de Frédéric Livyns

Publié le par Elo-dit

couverture-32688-livyns-frederic-les-contes-d-amy.jpg

 

Editeur : Lokomodo

Date de sortie : 23 octobre 2013

Pages : 224 pages

Prix : 5.70 €

 

Ma note : 7.5/10

 

244288_Emoticone-20Peur.gif

 

Le résumé

 

Quels secrets se cachent derrière les murs de ce vieil asile abandonné ? Pourquoi ne trouve-t-il pas d'acquéreur après tant d'années ? Quelles horreurs renferment les cellules désertées ? Ce recueil contient douze contes terrifiants magnifiquement illustrés par Kévin Biseau dans lesquels spectres et démons se livrent à une macabre sarabande. Ne soyez pas timide et entrez dans la danse ! Laissez Amy vous conter une petite histoire...

 

 

Mon avis

 

Vous aimez vous faire peur ? Vous mettre bien au chaud sous votre couette et jouer les courageux en ne laissant que votre lampe de chevet allumée ? Lever les yeux de votre livre pour vous assurer que vous êtes bien seul dans la pièce pendant votre lecture ? De vous dire « bon sang, et si c’était vrai ? » et de vous couvrir de chair de poule ?

 

Si vous faites partie de cette catégorie de personnes avides de sensations fortes, vous avez frappé à la bonne porte ! J’ai d’ailleurs envie d’englober dans ce joli lot, les lecteurs qui, comme moi, ne sont pas particulièrement friands de ce format : la nouvelle, ça effraye (jeu de mots complètement adapté à la circonstance) car elle laisse souvent un sentiment de trop peu. Or, il faut savoir prendre des risques de temps à autre.

 

Là, j’ai fait une exception… Et au final, je peux vous affirmer que je n’ai pas été déçue !

 

En réalité je m’attendais à trouver les contes de la petite Amy (qui va me faire faire des cauchemars pendant des semaines et des semaines) et de plonger dans l’horreur de son imagination tordue. De fait, le recueil débute par la visite d’un jeune couple d’un ancien asile psychiatrique. Le mari y voit un filon en or pour transformer ce bâtiment, plein de surprises, en un hôtel totalement atypique. La femme, elle, est intriguée par l’histoire de ces murs, et, lors de sa promenade tombe sur le dossier d’une certaine Amy. Enfant d’une dizaine d’années qui terrifie les pensionnaires de l’établissement. Poussée par une force invisible (la curiosité peut effectivement être un défaut, mortel le défaut) elle ne peut s’empêcher d’ouvrir le cahier que la jeune fille refusait de quitter et s’engouffre dans des histoires plus horribles les unes que les autres.

 

Je pensais qu’un fil rouge relierait ces nouvelles, que l’auteur nous permettrait de découvrir également la cruauté de cette fillette aux étranges pouvoirs. Mais il n’en est pas ainsi. Cela ne gâche en rien la qualité de l’ouvrage, Frédéric Livyns va nous conduire dans les recoins sombres des angoisses ancestrales de l’être humain. La peur du noir, du changement, de la perte d’un être cher, de la mort… Ne sont qu’un aperçu de la palette « horrifique » de ce qui nous attend.

Malgré tout j’ai eu une sensation de début et de fin, ce qui peut être singulier pour un recueil de nouvelles mais le lien entre la première et la dernière y est pour beaucoup. Il donne à l’ensemble une impression d’achevé, de quelque chose de complet. D’ailleurs j’aimerais sincèrement que l’auteur nous fasse participer « à la prochaine visite. » Clin d’œil à ceux qui auront lu le livre.

 

Je ne sais pas comment aborder la chronique d’un recueil. Je me vois mal passer au crible chaque nouvelle, je désire que votre découverte soit la plus totale. C’est pour cela que je vais vous donner une vue d’ensemble.

 

Ce qui m’a le plus frappé est cette volonté de l’auteur de varier ses textes. Dans le fond mais également dans la forme : la longueur, le contexte, le vocabulaire (qui s’adapte toujours à l’histoire), textes à la première personne, à la troisième, protagoniste féminin, masculin… Et variété même dans l’intensité de terreur. Certaines vous glacent jusqu’à la moelle, d’autres vous laisseront songeur. Il y a même une nouvelle qui m’a beaucoup émue car elle met le doigt sur un élément qui nous tracasse tous : qu’y a-t-il après la mort ?

Aussi surprenant que ce soit, tous ces textes, aussi variés qu’ils le sont, gardent plusieurs constantes. Celle tout d’abord de personnages intéressants. J’ai eu énormément d’empathie pour eux, et cette « connexion » a contribué à la magie de cette œuvre. Mention spéciale pour Amy que j’espère retrouver rapidement !

Ensuite, j’ai été scotchée par le talent de l’auteur : en trois phrases, je plongeais immédiatement dans l’histoire. C’est la première fois que ça me le fait, habituellement je mets une éternité à entrer dedans. Ça nous parle, c’est extrêmement visuel, à tel point que j’avais la sensation de regarder un film. Chaque détail, chaque émotion, est mis en lumière de façon tout à fait naturelle. J’ai apprécié à sa juste valeur cette capacité qui m’a permis, à mon avis, de sortir de ma lecture totalement satisfaite. Même si parfois la fluidité de la plume de Frédéric Livyns s’est un peu égarée, je n’ai pas perdu le rythme.

 

Toujours est-il que les nouvelles n’ont pas toutes fait mouche. Et paradoxalement ce sont souvent les plus longues qui m’ont le moins plu. Un comble pour une lectrice qui disait ne pas aimer les nouvelles. En toute objectivité, je crois que l’auteur à la facilité (qui n’est pas donnée à tout le monde) de créer un contexte angoissant en très peu de temps et au bout du compte de « photographier » et de nous retranscrire les éléments à la fois importants et terrifiants. Les conclusions ne retombent pas comme un soufflé qui aurait trop attendu, elles sont justes et incisives. La dose adéquate.

Simplement pour vous donner deux titres qui sont à l’opposé l’un de l’autre dans mon ressenti : Le village maudit a été la nouvelle que j’ai le moins appréciée, et à l’inverse, La nuit vient m’a totalement transportée !

 

Les Contes d’Amy ne révolutionnent pas l’horreur, le fantastique-horreur, car certains chemins empruntés sont assez prévisibles. Mais savoir à l’avance que la blonde complètement écervelée va irrémédiablement se faire assassiner par le psychopathe de Scream vous ôte-t-il tout plaisir (d’ailleurs je sais que vous l’avez encouragée à se jeter dans ses bras !) ? Non. Certains pourraient le voir comme un point négatif, moi je le vois que le génie d’un homme. Un écrivain qui a compris comment effrayer les jeunes filles qui se croient fortes et qui filent ensuite se cacher sous leur couette (non, je ne parle pas de moi :p). Qui a compris ce qui marchait et quelle était la véritable horreur : celle de nous renvoyer à nos propres peurs.

À mon sens, un prix Masterton amplement mérité !

 

En conclusion : Une aventure sombre et effrayante au cœur même de l’Angoisse avec un grand A. Mythe ou réalité ? Quand les contes rencontrent les peurs ancrées dans la conscience collective !

Fans de nouvelles ou néophytes curieux, procurez-vous Les Contes d’Amy et régalez-vous ! Vous n’allez pas résister à la douce saveur de l’esprit retors de Frédéric Livyns !

 

Encore un grand merci aux Editions Lokomodo et à Peggy Van Peteghem !

 

 

Liens utiles

 

Blog Lokomodo

Page Facebook Lokomodo

Publié dans Nouvelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Pas sûre que cela me corresponde vraiment :) Je vais rester dans mes albums de noël pour le moment!
Répondre
E
<br /> <br /> Effectivement, ce n'est pas du tout la même ambiance ^^<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
L
J'ai mais tellement envie de lire ce livre O_O Mais pour l'instant je ne peux pas m'acheter de livre. Je me le suis interdit haha!
Répondre
E
<br /> <br /> Comment tu fais pour tenir ??? ^^<br /> <br /> <br /> Si tu peux te permettre un petit écart, fonce ! En plus le prix est vraiment intéressant !<br /> <br /> <br /> <br />
A
Ah je ne pourrais pas lire ce livre, il me stresserait trop x)
Répondre
E
<br /> <br /> Tu n'aimes pas te faire peur ? ^^<br /> <br /> <br /> <br />
L
Et bien, je suis très intriguée! Je ne connaissais pas du tout mais je suis amatrice de sensations fortes!! Je note :)
Répondre
E
<br /> <br /> Note ! Note ! Ce petit recueil est vraiment génial ^^<br /> <br /> <br /> <br />